Une étude publiée par l’OCDE, pointe plusieurs facteurs source d’inégalités  dans le monde de l’éducation en France :

-Les établissements défavorisés comptent à peine moins d’un quart d’enseignants certifiés alors que les établissements dits favorisés font le plein. D’autres pays tels que la Suisse, la Norvège ou la Slovénie sont dans une situation analogue.

-Autre facteur de taille pour notre pays, la formation des enseignants. Comparée avec les pays dont les systèmes éducatifs sont jugés parmi les plus performants (Finlande, Corée du Sud, Canada, etc.), les auteurs de l’étude ont identifié trois dynamiques communes une période « obligatoire et étendue d’expérience pratique » pendant la formation initiale ; des temps de formation continue calés sur les besoins des enseignants dans les établissements et, enfin, des mécanismes d’évaluation connectés à la formation continue. Le système français, cinq ans après la mise en chantier des écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE), ne partage que la première de ces trois caractéristiques.

-Enfin, l’étude plaide en faveur de l’autonomie des établissements, « à condition que cette autonomie soit accompagnée de vrais correctifs. » Autrement dit, d’une politique de péréquation budgétaire, que le contexte économique actuel ne favorise pas.

Laisser un commentaire

Post Navigation