Les robots détruiront-ils nos emplois ou nous permettront-ils d’en créer de nouveaux ? Les deux apparemment, avec un impact final qui reste à définir.

Les emplois ne se perdent pas, ils se transforment.

« Les transformations liées à la ‘quatrième révolution industrielle’, si elles sont correctement mises en œuvres, pourraient nous guider vers un nouvel âge de bon travail, de meilleurs emplois, et d’une qualité de vie accrue pour tous », estiment les chercheurs du WEF. Soulagement, donc… Pour quelques lignes seulement. « Si elles sont mal mises en œuvre, ces transformations présentent le risque d’accentuer les inégalités et d’élargir les écarts de qualifications entre les travailleurs », met ainsi en garde le rapport.

Un rapport du Forum économique mondial (WEF) estime que 54% des travailleurs auraient besoin d’une requalification ou d’une formation professionnelle supplémentaire. Seulement, la majorité des entreprises interrogées disent n’avoir l’intention d’offrir ces formations qu’à leurs employés occupant les plus hauts postes, et les rôles clefs. « En d’autres termes, explique l’étude, ceux qui auraient le plus besoin de requalification sont les moins susceptibles d’en recevoir. »

Il revient aux gouvernements d’investir largement dans l’éducation et la formation professionnelle, conclut le rapport, pour permettre au plus grand nombre de travailleurs possible d’être requalifiés… Et de pouvoir s’adapter « aux nouvelles réalités de la quatrième révolution industrielle ».

Il revient aux gouvernements d’investir largement dans l’éducation et la formation professionnelle, conclut le rapport, pour permettre au plus grand nombre de travailleurs possible d’être requalifiés… Et de pouvoir s’adapter « aux nouvelles réalités de la quatrième révolution industrielle ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 × 22 =


Post Navigation